Il y a quelques années déjà, je démarrais ce blog afin de partager tous les trucs et astuces que j’avais trouvés pour me sortir la tête de l’eau lors d’un problème financier temporaire. Nous avions à l’époque survécu, sans s’endetter, à 6 mois avec comme revenu mon seul salaire. Le «nous» dont je parlais, c’était le père de mes enfants et moi. Pourquoi le père de mes enfants… et bien parce que celui-ci ne fait plus partie du «nous».

C’est ainsi, assise seule dans les marches de ma maison en vente, que je vous annonce que l’économie familiale prendra une autre optique. Maman doit maintenant gérer seule. Bien que nous soyons en garde 50/50, entendons-nous pour dire que le Vidéotron coûte la même chose dans les deux maisons. Désormais, les dépenses, à l’époque partagées, me reviennent entièrement. De là l’idée de prendre le temps de prévoir l’imprévisible. Chose que je n’avais pas faite, puisque pour moi, la séparation n’avait jamais été une option. Et pourtant, nous y voici.

Chaque dépense ménagère avait été prise en considération de nos deux salaires. Mais qu’advient-il lorsque l’équipage est dissous…? C’est l’inévitable de la gestion de crise. Qui est propriétaire de quelle dette? Qui est responsable de payer quoi maintenant? Comment on s’organise pour le linge des enfants….? Je vous assure qu’avec un climat de séparation, aussi douce soit-elle… Parler argent n’est pas la première de chose qui vous vient à l’esprit. En fait, si… mais c’est beaucoup plus émotif et moins rationnel.

4 petites recommandations apprises de ma séparation.

  1. Garder une lucidité financière.
    Garder un portrait clair de sa réalité financière est indispensable. Savoir combien coûte chaque chose. Quel montant chacun doit-il verser pour contribuer au bon roulement de la maisonnée…
  2. Établir un plan en cas de séparation.
    Vous allez me dire que c’est un peu spécial de préparer sa séparation alors que tout va bien… mais avec du recul, c’est le meilleur moment pour établir des règles claires qui iront dans le sens du bien-être de tous.
  3. Budgéter en fonction d’être seul.
    S’il y a une chose que j’aurai apprise « financièrement » au bout de mes 11 années de couple, c’est qu’au final, chacun des achats communs a finalement dû être remis à l’un ou à l’autre. Dont plusieurs que je n’aurais jamais assumés à la base sans son aide financière… mais qui maintenant me reviennent et exigent une grande place dans mon budget.
  4. Économiser.
    Avoir un petit coussin personnel en cas d’imprévu pour pouvoir se retourner facilement reste un essentiel. Vous pourrez sans doute vous organiser sans… mais dans l’émotion, ne pas avoir à penser au côté financier reste un petit baume pour l’âme.

Je conclurais en vous disant qu’une séparation n’est pas une fin en soi… Elle est aussi le début de quelque chose d’autre. 🙂

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *